Hanashi

Découvrir TRF à travers l’anisong

Avec plus de 21 mil­lions de disques ven­dus (chiffres 2016) et de nom­breux disques au som­met du top Ori­con, TRF fait par­tie des groupes ico­niques du Japon des années 90. Pour­tant, celui-ci est mécon­nu dans nos contrées : un constat sans appel à la vue du nombre ridi­cule de spec­ta­teurs lors de leur concert à Japan Expo 2018 pour fêter leurs 25 ans de carrière.
Ayant un vrai coup de cœur pour leur musique emplie de cha­leur et de rythme, je sou­haite éveiller votre inté­rêt en vous pré­sen­tant ce groupe sous le prisme de l’ani­song.

Tout d’a­bord, il faut savoir que TRF est à l’o­ri­gine le pro­duit d’une seule et même per­sonne. Pour preuve, le nom est la contrac­tion de « TK Rave Fac­to­ry », TK fai­sant réfé­rence au pro­duc­teur et com­po­si­teur Tet­suya Komu­ro, Roi Midas de la J‑pop, machine à tubes de la mai­son de disque avex, pro­pul­sant la car­rière de célèbres artistes tels que Namie Amu­ro, globe, ou Ami Suzu­ki. Dans les années 80, on le connaît comme cla­vié­riste de TM Net­work, au suc­cès reten­tis­sant au pays du soleil levant. Par ailleurs, c’est lui der­rière la com­po­si­tion d’une des chan­sons d’ani­song les plus célèbres : Get Wild de City Hun­ter. Komu­ro est très cer­tai­ne­ment une des per­son­na­li­tés les plus influentes de la scène pop japo­naise de l’é­poque, il lui fau­drait un article entier sur son œuvre.

En 1992, Komu­ro crée TRF, dont la for­ma­tion défi­ni­tive du groupe est effec­tive en 1993. YU-KI au chant, DJ KOO au rap et DJ, SAM, ETSU et CHIHARU à la danse. Il impose la rave dans la scène J‑pop de l’é­poque, lui for­geant une nou­velle iden­ti­té dans les années à venir. Le suc­cès est très rapide, car dès 1994, le single sur­vi­val dAnce 〜no no cry more〜 est numé­ro 1 du top Ori­con. Ensuite s’en­chaînent pas moins de 15 singles dans le top 10 du clas­se­ment, entre 1993 et 1998. On parle éga­le­ment de 10 mil­lions de ventes en à peine 2 ans, un record abso­lu à l’é­poque, pour dire l’im­pact de ces chan­sons dans l’enter­tain­ment de l’époque.

En 1998, le groupe se dis­so­cie de Tet­suya Komu­ro, et le filon s’é­puise, car leur musique perd son ori­gi­na­li­té depuis qu’elle est constam­ment pré­sente à la radio ou la télé­vi­sion. S’en­suivent des pauses, des car­rières solos, des sor­ties remix des­ti­nées aux boîtes de nuit, et quelques nou­veau­tés qui ne bous­cu­le­ront pas les charts.

Mais mal­gré tout, la popu­la­ri­té de TRF dans la culture nip­pone reste très grande, comme le prouvent les nom­breuses reprises de leurs plus grands suc­cès dans de nom­breuses séries ani­mées. En voi­ci un pal­ma­rès trié par ordre de pre­mière dif­fu­sion. Bonne découverte !

EZ DO DANCE

Date de sor­tie : 21/06/1993
Com­po­si­tion : Tet­suya Komuro
Clip offi­ciel : You­Tube

EZ DO DANCE est le second single du groupe. À l’é­poque, la chan­son s’est clas­sée seule­ment 15e à l’O­ri­con. Cepen­dant, elle s’est tout de même ven­due sur une période suf­fi­sam­ment longue pour atteindre les 790k exem­plaires, fai­sant d’elle un clas­sique du groupe et des boîtes de nuit. Le clip ori­gi­nel vaut le coup d’œil pour son aspect daté, comme par exemple, l’u­ti­li­sa­tion des ombres pour palier le manque cruel de budget.

Ce titre est notam­ment uti­li­sé dans la troi­sième sai­son de l’anime Pret­ty Rhythm. Licence mul­ti­mé­dia autour du culte de l’i­dole, l’his­toire raconte le quo­ti­dien de jeunes filles fai­sant des « prism show », des spec­tacles mêlant pati­nage, danse, chant et magie dans un uni­vers gir­ly au possible.
Pro­duc­teur de la série, la mai­son de disque avex en pro­fite pour créer et posi­tion­ner son groupe d’i­dols Prizm­my☆ dans le des­sin ani­mé, en les fai­sant notam­ment inter­pré­ter les géné­riques, EZ DO DANCE étant le second opening.



Pret­ty Rhythm est une très bonne série, c’est dom­mage qu’elle ne soit pas dif­fu­sée chez nous.
Petite réfé­rence à TRF dans la série : un des per­son­nages récur­rent s’ap­pelle DJ Coo, en réfé­rence au rap­peur du groupe DJ KOO. Aus­si, un épi­sode de Pri­Pa­ra (suc­ces­seur spi­ri­tuel de la fran­chise) se nomme EZ DO Gloxer­cise, en réfé­rence évi­dente à la chan­son. En ce qui concerne Prizm­my☆, le suc­cès ne prend pas, et le groupe se sépare mal­heu­reu­se­ment après seule­ment 5 ans de bons et loyaux services.

survival dAnce 〜no no cry more〜

Date de sor­tie : 25/05/1994
Com­po­si­tion : Tet­suya Komuro
Clip offi­ciel : You­Tube

Mais l’his­toire de Pret­ty Rhythm ne s’ar­rête pas là. Mal­gré un manque rela­tif de suc­cès, les pro­duc­teurs arrivent tout de même à sau­ver la licence en offrant une suite et spin-off à Rain­bow Live : King of Prism. Même concept, mais avec des per­son­nages mas­cu­lins dans une his­toire bien plus déli­rante. Si les films sont inédits chez nous, la série TV, quant à elle, est dis­po­nible sur Crunchyroll.

La chan­son sur­vi­val dAnce 〜no no cry more〜 est un immense suc­cès pour le groupe, et est uti­li­sée comme thème pour la série 17sai ‑at seven­teen- dif­fu­sée en 1994. Le clip met en avant le groupe à la plage, heu­reux, par­fai­te­ment en osmose avec la posi­ti­vé du son et des paroles, par­fait pour cartonner.

Et c’est jus­te­ment ce bien-être qui rend l’ex­trait ci-des­sous aus­si drôle. L’as­pect ridi­cule du per­son­nage bron­zé en tenue de com­bat, se dan­di­nant sur le tube de l’é­té de l’é­poque est à mou­rir de rire !


BOY MEETS GIRL

Date de sor­tie : 22/06/1994
Com­po­si­tion : Tet­suya Komuro
Clip offi­ciel : You­Tube

Cette chan­son est cer­tai­ne­ment la plus connue pour nous Fran­çais, grâce à la reprise de WORLD ORDER. Le groupe mené par Gen­ki Sudô l’a uti­li­sée pour tou­cher le public japo­nais à la seule force de la noto­rié­té du titre.

Popu­laire, BOY MEETS GIRL a eu le droit à de nom­breuses covers et arran­ge­ments, notam­ment pour les séries Pret­ty Rhythm / King of Prism. Pour le géné­rique de Daa Daa Daa, la chan­son a été retra­vaillée par un cer­tain M.I.D (ayant éga­le­ment bos­sé sur Infi­nite Ryvius) pour un résul­tat des plus éner­giques. Cette série est ori­gi­nel­le­ment un man­ga de Mika Kawa­mu­ra ayant eu les hon­neurs d’a­voir été édi­té par Soleil Man­ga. L’anime, quant à lui, est pro­duit par le stu­dio J.C.Staff pour 78 épi­sodes, dif­fu­sés entre 2000 et 2002.


CRAZY GONNA CRAZY

Date de sor­tie : 01/01/1995
Com­po­si­tion : Tet­suya Komuro
Clip offi­ciel : You­Tube

C’est le single le plus ven­du du groupe, avec plus de 1,5 mil­lions de disques ayant trou­vé pre­neur. Pour décou­vrir la chan­son, je vous pro­pose un extrait de l’é­pi­sode 11 d’Ani­ma Yell!, une petite série sym­pa­thique dis­po­nible chez Crun­chy­roll autour du cheer­lea­ding.
Le ton de l’anime cor­res­pond bien à la bonne humeur com­mu­ni­ca­tive de la chanson.


Silence whispers

Date de sor­tie : 30/08/2006
Com­po­si­tion : Jiro Miyanaga
Clip offi­ciel : You­Tube

Cette fois, nous ne sommes plus dans les années 90, mais dans les années 2000. TRF est beau­coup moins actif qu’au­pa­ra­vant, mais le groupe se reforme de temps en temps pour sor­tir quelques titres. Komu­ro n’est pas le com­po­si­teur de cette chan­son, c’est pour­quoi elle sonne dif­fé­rem­ment des pré­cé­dentes, et semble moins pêchue. Silence whis­pers est choi­sie pour accom­pa­gner la série Black Jack 21 en 2006, énième adap­ta­tion du man­ga d’O­sa­mu Tezuka.


lights and any more

Date de sor­tie : 11/02/2009
Com­po­si­tion : Jiro Miyanaga

Pour ter­mi­ner cet article, je vous pro­pose l’o­pe­ning de Wan­gan Mid­night, une adap­ta­tion du man­ga de Michi­ha­ru Kusu­no­ki sur le thème des courses auto­mo­biles. Le man­ga est anté­rieur au célèbre Ini­tial D, mais le des­sin ani­mé est plus récent.

Choi­sir TRF pour Wan­gan est une bonne idée, car cette chan­son est de l’eu­ro­beat où s’al­ternent des voix mas­cu­line et fémi­nine, de la même manière que les tubes de m.o.v.e, inter­prète des géné­riques de Ini­tial D. Ain­si, lights and any more est beau­coup moins pêchue qu’un DOGFIGHT, mais le géné­rique reste tout de même bien cool à écouter.


Dareen

Président du Collectif Hanashi.

Ajouter un commentaire

Suivez Hanashi !

Le Collectif Hanashi est présent sur les réseaux ci-dessous, suivez-nous pour être au fait de toutes nos activités.